Contrat rempli Adrien Bart, en attendant Thomas Simart

Sur l'eau, Adrien Bart cède la place à Thomas Simart.- Photo © TS / ASL
Sur l’eau, Adrien Bart cède la place à Thomas Simart.- Photo © TS / ASL

Contrat rempli pour Adrien Bart qui a pris cette après-midi une très belle deuxième place dans la finale B du C1 1000 m des Jeux olympiques.

En tête aux 250 m, Adrien Bart est resté bord à bord avec Thomas Kaczor jusqu’aux 500 m. Ce dernier a alors pris un léger avantage sur l’Immercurien dont le coup de pagaie était beaucoup plus fluide qu’hier. Cela lui a permis de maintenir la cadence, sans exploser et de rester suffisamment près de son adversaire pour éviter la vague du Polonais. Un scénario de course qu’il n’avait pas réussi à mettre en place hier, très vite gêné par les vagues des concurrents qui le précédaient. Résultat il termine deuxième de la course et surtout dans le très bon temps de 4’ 00’’ 91 qui lui aurait permis de terminer en 5e place de la finale A.
Pour Olivier Bayle, le débriefing de course effectué hier avec les entraîneurs a porté ses fruits. « C’est une grosse perf », poursuit le président de l’ASL, visiblement rassuré par ce résultat. Cela montre aussi combien la gestion de l’événement a son importance… L’enjeu et l’ambiance ont tendance à démultiplier l’énergie des athlètes qui doivent impérativement savoir la canaliser et la gérer pour performer… Ce qui fait dire à Olivier Bayle que c’est sur des courses de haut niveau que l’on apprend. Le titre lui est revenu à  l’Allemand Sebastian Brendel qui conserve son bien, devant le Brésilien Isaquias Quieroz et le Moldave Serhei Tarnovschi.
Quelque trois quarts d’heure plus tard, le camp français était à nouveau en ébullition avec le K1 200 m dames où Sarah Guyot avait des chances de médaille. Malheureusement, elle termine 5e après une course très serrée remportée par la favorite Lisa Carrington (Nouvelle-Zélande) tandis que dans la finale B l’on notait la 6e place de la Québéquoise des Trois-Rivières, Andreanne  Langlois.

Thomas Simart, détendu et déterminé
Place maintenant à Thomas Simart qui entre en compétition demain (14h23) sur le C1 200 m. Il sera dans le 2e série (couloir 5), aux côtés d’Isaquiaz Queroz (couloir 4) qui vise le titre (comme c’était le cas sur 1000 m). Un beau duel en perspective pour une entrée en matière qui sera suivie de trois demi-finales (de 15h40 à 16 h) où – pour le bien – il faudrait prendre l’une des deux premières places pour s’assurer une qualification en finale A. Thomas se sent prêt, ayant travaillé ça mentalement et sur l’eau : « Demain je vais pouvoir lâcher les chevaux sans perdre de vue mes objectifs de performance, dit-il. Je veux réaliser des courses pleines avec le plus de relâchement possible.  Pas de crispations,  pas de pression ingérable,  pas d’énergie utilisée en vain.  Juste de la concentration sur ce que j’ai à faire.  Ce que je dois mettre en place pour aller vite ».  Depuis son arrivée au village olympique,  il dit avoir vécu au jour le jour sans se projeter,  sans se faire de films.  « Tous les matins j’étais sur l’eau pour les derniers réglages techniques, pour profiter de mes sensations de glisse,  me faire plaisir.  Les après-midi étaient consacrés à la récup,  et à suivre les résultats des Français. L’ambiance dans notre tour au VO est très agréable,  tout le monde se dit bonjour,  même Tony Parker ou Florent Manaudou. C’est ça l’esprit Olympique ! ».
Voilà de quoi motiver aussi les supporters qui voudront soutenir Thomas en suivant ses courses, sous chapiteau et devant un écran géant installés au club. Histoire de partager les émotions.