Réforme du sport français : les grands points à débattre

La pétition lancée par le CNOSF au moment de la Fête des sports qui avait lieu le week-end dernier a eu un certain retentissement dans les médias. Ce moment passé, il s’agit maintenant pour le mouvement sportif de ne pas laisser retomber la pression. Olivier Bayle l’a déjà dit, le plus grave pour lui est la suppression annoncée du CNDS qui va toucher de plein fouet les associations sportives de proximité.
La Française des Jeux qu’il est question de privatiser, doit être préservée car elle est pour l’État le moyen de financer ses politiques sportives. Pour le mouvement sportif, le déplafonnement des prélèvements qui a cours aujourd’hui permettrait même de pérenniser son action tout en préservant les moyens en vue des Jeux olympiques de Paris 2024 dont il faut profiter pour aller plus loin en matière de sport santé, de sport à l’école, d’accompagnement des jeunes pépites.
Reste maintenant à faire comprendre cela au gouvernement et aux parlementaires qui auront à voter la vaste réforme annoncée (où tout n’est pas négatif) et dont on trouvera le contenu dans le dossier de Sport 62 n°28, magazine du Comité départemental olympique et sportif du Pas-de-Calais.