Le retour de la championne du monde dignement fêté

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Remise de médaille, drapeau tricolore, bouquet de fleurs, bouteille de champagne et moult félicitations de la part des membres du club, des amis et de la famille… Tout y était hier soir pour fêter le retour de la championne du monde Flore Caupain… et des autres membres de l’ASL présents à Plovdiv.

Le magnifique bassin de Plovdiv, à 130 kilomètres de Sofia, la capitale de la Bulgarie, aura donc été le cadre d’une grande première pour l’ASL Saint-Laurent-Blangy qui, grâce à Flore Caupain, a remporté son premier titre mondial en ligne. Moment historique donc, dans l’histoire du club, d’autant que ses six représentants ont tous terminé parmi les 18 meilleurs mondiaux alors qu’il y avait 75 nations représentées.
Comme l’a souligné Anthony Soyez qui était dans le staff de l’équipe de France, ces championnats du monde étaient extrêmement denses ce qui donne d’autant plus de valeur à la performance d’ensemble. Au-delà même des espoirs de Grégory Demory, vice-président du club chargé du haut niveau, pessimiste de peur d’être déçu, pour qui « c’est une très bonne surprise »… Même s’il sait tout le travail accompli et le sérieux des athlètes.

Confirmations et révélations
Au cours de la réception organisée hier, Jean Sikora, Lancelot Tostain, Benjamin Courbet, Loïc Léonard (Romain Alavoine était excusé) et bien évidemment Flore Caupain, ont tour à tour parlé des courses qu’ils ont disputées. Tous sont satisfaits et tous savent qu’ils doivent encore travailler pour continuer à progresser dans un contexte international très relevé. Ainsi va pour Loïc Léonard, 7e mondial sur 200 m – ce qui est remarquable – mais qui veut surtout progresser sur 1000 m, la distance olympique. Pour certains, les résultats s’affichent comme la confirmation d’un potentiel connu. Pour d’autres, c’est une prise de conscience des possibilités. Pour Lancelot Tostain par exemple, entrer en équipe de France, disputer les championnats d’Europe (10e) et se voir sélectionné pour les championnats du monde était déjà remarquable… Alors finir 2e de la finale B ! Et c’est un peu la même chose pour Benjamin Courbet qui a couru la ½ finale la boule au ventre et s’est libéré en finale B où il a terminé 4e.

Sentiments de fierté
Tous peuvent être fiers de ce qu’ils ont fait et tous font la fierté du club… et de leurs parents, ce qu’a souligné le papa de Lancelot Tostain. Lancelot qui a réussi sa saison sportive, tout en obtenant son bac S pour entrer dans une école d’ingénieur. Comme quoi, « il est possible de tout faire, pour peu que l’on sache s’organiser », dit le président Olivier Bayle, toujours autant attaché à la notion de double projet.