Rendez-vous mondial pour Thomas Simart et Adrien Bart

Adrien Bart et Thomas Simart ouvrent la saison internationale pour l’ASL.- Photos archive CV / Votre Info

Cette fois on y est. La saison internationale de canoë-kayak débute ce week-end, avec une manche de coupe du monde à Szeged (Hongrie).

Deux Immercuriens sont dans la course : Thomas Simart et Adrien Bart qui courront tous les deux sur le 500 m et le 1000 m, profitant du fait qu’en coupe du monde chaque pays peut aligner deux bateaux au contraire des championnats d’Europe, des championnats du monde et des Jeux olympiques où seul un bateau est admis. Pour l’un et l’autre, cette première grande échéance permettra de mesurer la qualité du travail réalisé cet hiver et en début de saison.

THOMAS A BEAUCOUP COURU… À PIED
Thomas Simart qui connaissait ses lacunes en aérobie a fourni un gros travail cet hiver pour rattraper un retard dû à sa coupure pour blessure en 2017 et à son travail spécifique sur 200 m pendant six ans. « Un travail m’avait pas permis de développer une très grosse VO2 Max », explique-t-il.
Pour cela il a fait du bateau, de la musculation, de la natation et de la course à pied avec le RCA d’Arras. Et de remercier au passage tout le groupe compétition hors stade d’Alain Plouvier qui lui a permis d’élever son niveau, de se dépasser et “d’aller encore plus loin dans l’effort”. Thomas Simart a aussi participé à un stage de ski de fond en janvier et à un stage bateau de trois semaines au Portugal en février.
« Suite à ce bloc hivernal, poursuit-il, j’ai eu quelques difficultés à retrouver la technique pour être rapide. J’ai tout de suite compris que le côté mental y était pour beaucoup et le travail avec Cécilia Delage, ma préparatrice mentale, a été très bénéfique ». Après l’avoir aidé à comprendre la cause de ses blocages, c’est elle qui a permis d’arriver aux championnats de France élites dans de bonnes conditions. Moment important pour Thomas Simart qui, après sa coupure de 2017, renouait à cette occasion, avec la compétition de très haut niveau. « Mon manque d’expérience sur la distance de 1000 m s’est fait ressentir. J’ai manqué de lucidité en fin de course et mal géré mon effort. Néanmoins, je n’ai pas de regret sur l’implication et l’investissement dans la course. J’ai été moins fort qu’Adrien et j’en profite pour lui dire bravo pour cette victoire ».
En revanche, le lendemain, Thomas s’est exprimé pleinement sur le 500 m dont l’approche rappelle celle du 200 m. « Le 500 m était ma distance de prédilection chez les moins de 23 ans et cela m’a réussi puisque j’ai gagné devant Adrien ». Reste qu’il est bel et bien retenu dans le collectif senior de cette année pour courir en C1 1000 m. À Szeged, l’objectif est clairement de prendre un maximum de repères sur cette distance et “de déployer une technique fluide pour aller très vite !”

DIPLÔMÉ EN ATTENDANT D’ÊTRE MÉDAILLÉ ?
Diplômé depuis le mois d’octobre dernier, Adrien Bart a de son côté cherché un rythme de travail lui permettant de conduire son double projet de kinésithérapeute et d’athlète de haut niveau. Il se dit satisfait car même avec son nouveau planning il a réussi à partir en stage d’entrainement au Canada en janvier, au Portugal en février, et à être champion de France de fond et de vitesse. « Il reste encore pas mal de progrès à faire, avant d’aller chercher une médaille mondiale, dit-il, mais le début de saison me donnera les pistes pour y parvenir ». Reste à savoir si ce nouveau rythme résistera à l’épreuve du temps au niveau international où la concurrence est toujours plus professionnelle. Son objectif à Szeged est d’aller chercher un podium sur le 500 m ou le 1000 m.

Les horaires prévus de la compétition
Vendredi, séries du C1 1000 m (5) de 10h05 à 10h33.
Samedi, 1/2 finale (4) du C1 1000 m de 10h15 à 10h33. Finale C à 11h49. Finale B à 11h56. Finale A à 12h39.
Séries du C1 500 m (4) de 17h55 à 18h10.
Dimanche, ½ finales du C1 500 m (3) de 10h10 à 10h20. Finale B à 14h00. Finale A à 13h02.

Pour suivre la compétition, cliquez ici