Six Immercuriens cherchent finales en Roumanie

De gauche à droite : Mathieu Caupain, Hugo Renard, Élise Lancial, Loïc Léonard, Julie Cailleretz, Jean Sikora et l’entraîneur Anthony Soyez.- Photo © PVC / Votre Info

Après les championnats d’Europe qui ont eu lieu à Belgrade, les internationaux juniors et U23 de l’ASL prennent la direction de Pitesti (Roumanie) pour des championnats du monde (27-30 juillet) où il s’agira d’abord, pour tous, d’engranger une expérience internationale déterminante pour la suite de leur carrière.

Le second objectif sera de tenter d’entrer en finale dans l’une et/ou l’autre des épreuves dans lesquelles ils et elles sont engagés.
Au vu de ses derniers résultats internationaux, en seniors, Julie Cailleretz qui est associée à l’Auxerroise Émilie Dorange, peut même raisonnablement rêver d’une médaille. Pas question pour autant de mettre de la pression… Pour l’entraîneur immercurien Anthony Soyez qui sera du déplacement en Roumanie, l’idée est d’abord de « passer un cap » avec l’envie de « se forger une carrière ». L’important est de « savoir où ça pêche et où il faut progresser ».
Les juniors – Hugo Renard, Mathieu Caupain et Élise Lancial – ont encore du temps devant eux. Les U23 – Jean Sikora, Loïc Léonard et Julie Cailleretz – n’ont pas non plus le couteau sous la gorge car ils ont encore deux ou trois années devant eux avant de passer chez les seniors. Mais ils peuvent déjà s’inscrire dans une logique olympique, pour Tokyo en 2020 et Paris (on l’espère) en 2024.
La génération d’athlètes qui les précède est vieillissante –le Boulonnais Mathieu Goubel vient d’annoncer la fin de sa carrière – et il serait bien pour eux de vite passer les étapes, de montrer qu’ils sont forts, capables de remporter des titres et des médailles. L’heure est venue de tout mettre en place pour trouver les solutions qui permettront de continuer à progresser. L’humain, les coéquipiers, la fluidité du projet personnel sont les ingrédients de la réussite, une alchimie que chacune et chacun doit trouver. Le parcours est sans doute plus dur en mono qu’en équipage mais il est aussi plus sécurisant car les leaders dans chaque spécialité seront dans les équipages et augmenteront d’autant leschances de briller.

Championnats d’Europe 2017
Juniors :
Hugo Renard (K4 500 m) ; Mathieu Caupain (C4 500 m, C2 1000 m, C1 200 m) ; Élise Lancial (C2 500 m, C2 200 m, C1 500 m)
U23 : Jean Sikora (K4 500 m) ; Julie Caillleretz (C2 500 m) ; Loïc Léonard (C1 1000 m et C1 200 m).

Suivre les résultats.

Site officiel du club de canoë kayak de St Laurent Blangy