Thomas est en finale olympique !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Thomas Simart est en finale olympique du C1 200 m, après avoir remporté sa série et pris la 2e place de sa demi-finale derrière le Russe Kraitor.

Imaginez, il y a un mois, il était condamné à rester à la maison… et le voilà parmi les huit finalistes olympiques du C1 200 m. Pour lui, depuis quelques jours, tous les voyants étaient au vert mais encore fallait-il concrétiser sur l’eau  les bonnes sensations qui étaient les siennes. Les techniciens du club s’accordent à dire que l’on a retrouvé le Thomas d’avant, celui de 2010, vice-champion du monde avant de connaître six ans de blessures et de galère durant lesquels il a dû s’accrocher et persévérer…  Juste récompense donc.
Thomas a d’abord assuré lors de sa série qu’il remportait devant Queiroz Isaquias et Helder Silva, réalisant par ailleurs le 5e temps (40’’41) sur l’ensemble des séries, Valentin Demyanenko et Andrey Kraitor étant sous les 40 s. Il se mettait ainsi en position idéale pour la demi-finale, la deuxième, peut-être un plus ouverte que les deux autres. Très bien parti, il cédait un peu de terrain sur Kraitor et conservait quelques centimètres d’avance sur le Moldave Oleg Tarnovschi dont la pointe du bateau passait néanmoins devant celle de Thomas avant les deux derniers coups de pagaie. Ceux qui ont fait la différence… et l’envoyaient donc  en finale, sous les applaudissements de ses supporters qui s’étaient réunis au club et des caméras de télévision venues saisir cet instant magique.
Pour beaucoup le cœur a fait boum-boum et il y a eu quelques larmes tant cette qualification fait plaisir et soulage. Reste qu’il ne faut pas être dans l’euphorie, surtout lui, Thomas qui doit maintenant récupérer de ses efforts et se remobiliser pour demain où tout est jouable. Car dans l’aventure, il y a des « clients » qui sont passés  à la trappe à commencer par le Tchèque Martin Fuksa remplacé par l’Ukrainien Juriy Cheban (après réclamation) ou le Hongrois Jonatan Hadju. Clairement Thomas Simart n’est pas favori, le titre étant normalement pour Queiroz Isaquias, le Brésilien, ou Andrey Kraitor, le Russe… Mais c’est certainement une bonne chose pour lui qui n’a absolument rien à perdre. Tout le monde y croit.
Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, l’on se réjouit également de la qualification du Boulonnais Maxime Beaumont sur le K2 200 m avec le Normand Sébastien Jouve. 3e en série, ce qui le privait d’un accès direct à la finale, le binôme a ensuite assuré en ½ finale en prenant une méritée 2e place. Seul bémol à ces réjouissances, l’élimination surprenante de l’équipage français Hubert-Hybois, en K2 1000 m.
L’on retrouvera donc Thomas demain à 14h16. Il sera au couloir 3, avec d’un côté Li Qiang (Chine) et Alfonso Benavides (Espagne) et de l’autre Zaza Nadiradze (Géorgie), Isaquias Queiroz (Brésil), Andrey Kraitor (Russie), Valentin Demyanenko (Azerbaîdjan) et Juriy Cheban (Ukraine).