La machine ASL tourne bien

[slideshow ids= »16252,16253,16254″]

L’ASL Canoë-Kayak Grand Arras a tenu son assemblée générale ce samedi 27 novembre. La réunion s’est tenue en présentiel, dans les locaux de la base nautique. L’occasion de mettre en avant la bonne santé du club.

D’un point de vue associatif ce qu’il faut retenir de cette assemblée générale, c’est que la crise sanitaire de la Covid-19, n’a pas eu d’effet négatif sur les effectifs. Le fait que le canoë-kayak soit une activité de plein air et que le club soit resté ouvert tout l’été, a même permis que les gonfler quelque peu pour arriver à 235 adhérents en 2021. Depuis la rentrée de septembre, le club continue d’attirer puisqu’une quarantaine de nouvelles inscriptions ont été prises. Et à tout cela, il faut ajouter les 1400 licences à la journée qui ont été délivrées.

RIEN N’EST NÉGLIGÉ
Les responsables du club ont également vu l’arrivée de « beaucoup de nouveaux parents bénévoles qui sont intervenus lors des différents rendez-vous de l’année ». Tout cela est évidemment très encourageant pour le président Olivier Bayle parce que la professionnalisation de la structure ne peut pas se faire sans la présence de bénévoles très impliqués dans son fonctionnement de tous les jours, à la buvette lors de la Fête de l’eau ou la Régate internationale, jusqu’à la gestion administrative et financière qui demande une extrême rigueur. L’enjeu est clairement celui de la pérennisation de l’association et des emplois. « La machine ASL tourne bien », dit Olivier Bayle qui insiste sur le fait que le club répond à tous les appels à projet : « Rien n’est négligé ».
Ce sérieux dans la conduite des affaires du club est d’autant plus indispensable qu’il suscite la confiance des partenaires institutionnels (État, Région, Département, Communauté urbaine, Ville) et privés : EDF, Société des eaux du Grand-Arras, SIO, Banque populaire du Nord pour ne citer que les principaux. Sans oublier la participation des licenciés eux-mêmes, tous abondent à leur niveau et dans le cadre de leurs compétences, au budget, conséquent : 680 480 € selon le prévisionnel 2022 présenté pour la première fois par Hélène Lancial, trésorière élue en 2020.

TROIS IMMERCURIENS AUX JEUX OLYMPIQUES
Peu de communes de 6000 habitants peuvent s’enorgueillir d’être aussi bien représentées aux Jeux olympiques… Avec Adrien Bart (athlète), Michel Létienne (juge-arbitre) et Anthony Soyez (entraîneur), ils étaient trois à Tokyo cet été. Trois, auxquels s’ajoutent les noms de sept autres athlètes, membres des équipes de France, présents sur les grandes compétitions internationales qui se sont déroulées durant l’année : Coupe du monde, rattrapage olympique continental, championnats d’Europe et du monde (juniors, U23, seniors) et Olympic Hopes.
Tout le monde a bien sûr en tête la finale olympique du C1 1000 m des JO et la 4e place d’Adrien Bart… « À un coup de pagaie du podium », souligne Olivier Bayle avec tout ce que cela suppose de satisfaction et de frustration…
Les bons résultats enregistrés à l’international sont évidemment dans la continuité de ceux connus sur le plan national. L’ASL a remporté le titre de champion de France des clubs pour la 31 fois. Grégory Demory, soulignait à ce propos que l’ASL a qualifié 84 bateaux aux championnats de France de vitesse et de fond organisés en juillet à Gravelines pour un total de 65 médailles remportées : 25 en or, 20 en argent et 20 en bronze auxquelles il faut ajouter celles des championnats de France de marathon. Et celles que les minimes ont également glanées sous les couleurs du comité régional.

CLUB ANIMATEUR DU TERRITOIRE
Présent dans toutes le compétitions nationales et internationales, l’ASL est aussi très présente sur le territoire avec ses propres organisations. La Régate internationale du Pas-de-Calais – Trophée Hauts de France est la dernière en date après : la Fête de l’eau avec la Scarpadonf, le Raid de la Scarpe et la Volvo Dragon Ladies soutenue par le Groupe Lempereur ; les deux girls Paddle Day ; le Trophée du jeune immercurien, etc.
Les stages rythment également la vie des membres du club. Les internationaux sont évidemment les plus concernés mais ils ne sont pas les seuls. Cinq jeunes ont été retenus pour participer à un stage national à Vaires-sur-Marne où la section Sport s’est également rendue ; au mois d’août, tout le groupe compétition s’est rendu à Bellecin sur le lac de Vouglan ; il y a eu aussi des camps d’entraînements organisés avec quelques autres clubs. Au final, tous les groupes de l’ASL sont concernés par les actions du club : de l’école de pagaie qui a eu droit à une journée de kayak de mer à Hardelot jusqu’au groupe adulte, présent avec les autres licenciés de l’ASL à la Kayak Paddle Marne organisée par la fédération pour faire le lien entre les Jeux de Tokyo et ceux de Paris.

DE QUOI IMPRESSIONNER
À tout cela s’ajoute encore le groupe de Paracanoë, lui aussi auréolé d’un titre de champion de France des clubs, qui accueille de plus en plus de personnes handicapées. Le groupe leur permet d’accéder à la compétition quel que soit leur handicap (aveugle, amputé, myopathe, etc.) grâce à l’implication des valides qui les accompagnent hors de l’eau et sur l’eau.
Extrêmement riche comme le soulignait Karine Goube, adjointe au maire de Saint-Laurent-Blangy, cette assemblée générale témoigne de la vitalité du club phare des Hauts-de-France, pour reprendre le propos d’Alain Lengelé, représentant du comité régional. Rien de très surprenant sauf peut-être pour Mabrouka Dhifallah, conseillère régionale qui avouait ne pas connaître le club plus que ça… et visiblement impressionnée.-
Pour clore cette assemblée générale, les responsables du club ont d’abord remis deux cadeaux : un premier à Romain Beugnet, heureux papa d’un petit Hypolite, et un second à Frédéric Noyen qui fait valoir ses droits à la retraite (au 31 décembre) : une première dans l’histoire du club sur laquelle nous reviendrons. Ensuite, ils ont annoncé les résultats du Trophée du jeune Immercurien et remis les prix à l’ensemble des participants. Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info pour ASL