Qualifications olympiques et coupe du monde : premières courses aujourd’hui

De gauche à droite : Loïc Léonard, Frantz Vasseur, Adrien Bart, Anaïs Cattelet et Pierrick Bayle. Photo © Votre Info pour ASL

Cette semaine est décisive pour la « bande des 5 » de l’ASL retenus à l’issue des sélections françaises, effectuées après la finale de l’Open de France les 1er et 2 mai. Les dates sont dans les agendas depuis mars  2020 et l’ annonce du report des Jeux Olympiques de Tokyo qui, du coup, reportait aussi ce « TQO ». Le Tournoi de qualification olympique permet, à l’échelle européenne, d’obtenir de précieux quotas olympiques.

Szeged (Hongrie), la « Mecque » du sprint mondial pour le canoë-kayak, accueille la régate qui se déroule sur deux jours : aujourd’hui mercredi 12 mai pour les qualifications et demain jeudi 13 mai pour les finales. Ensuite, de vendredi à dimanche, viendront les épreuves de la Coupe du monde. Au même endroit.

WEEK-END DANS L’ARRAGEOIS
Après un dernier stage à Vaires-sur-Marne qui a notamment permis aux équipages de faire leurs dernières gammes, les athlètes ont eu droit à un week-end de repos qui leur a permis d’aller à la rencontre des médias, samedi après-midi, sur le bord de Scarpe. Lundi c’était le moment de monter dans l’avion sous réserve d’un test PCR négatif, ce qui était évidemment une dose de stress supplémentaire pour les athlètes. À leur arrivée, ils ont été immédiatement pris en charge par les autorités qui ont établi un cordon sanitaire de l’aéroport de Budapest où s’est posé l’avion, jusqu’à Szeged où les flux et toute la logistique sont verrouillés au maximum.
Le TQO concerne trois des cinq athlètes qui sont partis à Szeged : Frantz Vasseur et Loïc Léonard en C2 et Anaïs Cattelet, en C2 également, associée à l’Auxerroise Eugénie Dorange. Pour obtenir un billet, que ce soit pour le C2 homme 1000 m ou le C2 dame 500 m, il faut terminer à l’une des deux premières places de la finale. La lutte va être rude mais les chances de qualification sont réelles. Il faudra être offensif dès les premiers coups de pagaie car dans ces courses il faut « jouer » en tête pour se retrouver dans le « bon wagon » au moment de l’enlevage final.

FINALE DIRECTE POUR LES FILLES
En canoë biplace 500 m,
Anaïs Cattelet et Eugénie Dorange ont réalisé des chronos encourageants, en avril et en mai, lors des courses de l’Open de France. Elles ont de véritables atouts à faire valoir. Les pays prétendants aux deux premières qualificatives n’engageant que des bateaux susceptibles de se qualifier, il ne devrait y avoir que six équipages sur la ligne de départ pour tenter d’obtenir les deux billets promis… Mais Il n’y aura que du lourd  avec l’Espagne la Grande-Bretagne, la Pologne, la Moldavie la Russie et France qui espère bien sûr rejoindre le nombre des pays déjà qualifiés : Chine, Hongrie, Biélorussie, Allemagne, Ouzbékistan, Cuba, Ukraine, Chili, Japon, Australie, Japon et Kazakhstan.

DEUX PLACES POUR NEUF EQUIPAGES
En canoë biplace homme,
Loïc Léonard et Frantz Vasseur qui ont remporté l’Open de France, vont tenter le tout pour le tout. Le 1000 m ne se construit pas comme un 500 m : le schéma tactique aura toute son importance. Les athlètes de l’ASL attendent ce moment depuis un an : on y est. A priori, neuf équipages peuvent terminer aux deux premières qualificatives :  Hongrie, Espagne, Italie, Lettonie, Moldavie, Lituanie, Portugal et Biélorussie. Les pays déjà qualifiés sont la Chine, Cuba, le Brésil, l’Allemagne, la Roumanie, la Pologne, la Russie, l’Ukraine, la République tchèque, le Kazahkstan, Sao Taomé et Principe ainsi que le Canada.

ADRIEN BART VEUT MARQUER LES ESPRITS
Après le TQO de mercredi et jeudi, la Coupe du monde prend le relais avec Adrien Bart et Pierrick Bayle, en plus d’Anaïs Cattelet, Frantz Vasseur et Loïc Léonard.
Pour Adrien Bart, l’équation est simple. Médaillé de bronze aux Mondiaux 2019, il avait apporté à la France le quota du C1 1000 m. Médaillé de bronze à nouveau en Coupe du Monde, (c’était déjà à Szeged), en septembre 2020 , vainqueur des trois manches de l’Open en 2021 (mars, avril et mai), « Adri » doit « composter son billet pour Tokyo et a envie de le faire avec la manière pour marquer les esprits de ses adversaires… C’est la seule occasion car la France a décidé de ne pas participer à l’étape de Coupe du monde à Barnaul (Russie) par prudence sanitaire.

PIERRICK BAYLE EN MONO ET EN 4 PLACES
En kayak homme Pierrick Bayle dont la présence à Szeged est le résultat de ses performances réalisées lors des courses de l’Open de France. Intégré au collectif 500 m kayak de l’équipe, sera en course en monoplace (K1 500 m) et dans un bateau qu’il affectionne tout particulièrement : le K4 500 m. L’Immercurien retrouvera des équipiers qu’il connait bien et avec qui il tentera d’aller chercher la meilleure performance possible, sachant qu’un second K4 français sera en course. Reste à savoir s’il y aura un K4 à Tokyo. Là c’est une autre affaire. Mais comme les céistes, Frantz Vasseur, Loïc Léonard, Anaïs Cattelet et bien sûr Adrien Bart, Pierrick Bayle voudra « tutoyer le toit du monde ».

LES MEMBRES DE L’ASL CANOË-KAYAK GRAND ARRAS SELECTIONNES
Régate de qualification olympique
Mercredi 12 (qualifications) et jeudi 13 mai 2021 (finales)
Canoë biplace dame 500 m : Anaïs Cattelet associée à Eugénie Dorange (Auxerre)
Canoë biplace homme 1000 m : Loic Léonard et Frantz Vasseur

Coupe du monde
Vendredi 14 au dimanche 16 mai 2021
Canoë biplace dame 500 m : Anaïs Cattelet associée à Eugénie Dorange (Auxerre)
Canoë monoplace 1000 m : Adrien Bart et Loïc Léonard
Canoë biplace homme 500 m : Frantz Vasseur associé à Clément Jacquet (Besançon)  Canoë biplace homme 1000 m : Loic Léonard et Adrien Bart
Kayak monoplace 500 m : Pierrick Bayle
Kayak quatre places 500 m :  Pierrick Bayle avec Jérémy Leray (Louviers), Guillaume Le Floch (Condé-sur-Vire) et Franck Le Moel (Mantes)