Entre EDF et l’ASL : Trente ans de courant continu

Ce diaporama nécessite JavaScript.

EDF est partenaire de l’ASL Saint-Laurent-Blangy depuis trente ans. Un anniversaire (celui des noces de perles) qui a été célébré dimanche, en clôture de la Fête de l’eau et en présence de nombreuses personnalités.

Avec une telle longévité, l’entreprise fait partie de l’histoire du club. En 1989, c’est avec le centre de distribution d’Arras qui apportait son soutien aux cadets-juniors, les 15-18 ans, que le premier partenariat était signé. C’était l’époque de Jean-Gilles Grare, champion d’Europe junior en C1 5000 m, premier médaillé de l’ASL à l’international.

ACCOMPAGNEMENT VERS LE HAUT NIVEAU

Depuis, la liste des internationaux s’est considérablement allongée, jusqu’à Adrien Bart, médaillé de bronze aux championnats du monde 2019 à Szeged, porteur d’un quota olympique pour Tokyo et chef de file d’un groupe de six athlètes présents Szeged. Tous ont été membres de l’équipe espoir EDF – ASL et ont profité des bienfaits de ce partenariat qui a évolué et s’est renforcé en étant repris par la délégation régionale.
Cela permet d’aider matériellement les jeunes athlètes, en leur finançant du matériel et des « stages structurants qui permettent de prendre goût à la haute performance », pour reprendre les mots d’Adrien Bart.
La présence dimanche soir de Mathias Povse, nouveau délégué régional d’EDF Hauts-de-France, était donc un moment important pour le club. Cela n’était pas sans une certaine émotion pour Olivier Bayle, le président de l’ASL, qui se souvient du premier contrat paraphé par Jean Lancial, président de l’époque, accompagné de Richard Bollier, figure emblématique de la maison de jeunes, berceau de l’ASL.

EDF ET L’EAU VIVE
Dans son propos Mathias Povse soulignait aussi que le rapprochement entre EDF et Saint-Laurent-BLangy avait permis la création d’un stade d’eau vive, en lieu et place d’une friche industrielle. La technologie utilisée était encore expérimentale. Aujourd’hui, elle est largement reconnue, EDF construisant toutes les rivières olympiques dans le monde.
La présence d’un club de haut niveau et celle d’un torrent artificiel ont permis la création d’une véritable base nautique et de loisirs à Saint-Laurent-Blangy, favorisant l’explosion des activités de plein air. Agrandie par la communauté urbaine d’Arras en 2012, sa fréquentation continue de progresser. « Entre 60 000 et 70 000 personnes passent chaque année » précisait Pascal Lachambre, président de la CUA, pour qui le Val de Scarpe est une vallée de loisirs… Pour Frédéric Leturque, maire d’Arras, son potentiel doit même faire de l’Arrageois une destination touristique majeure dans les Hauts-de-France.

UN NOUVEAU LIEU POUR LE CLUB
Dimanche soir, Pascal Lachambre confirmait la création de nouveaux locaux pour le club qui va partir sur le port fluvial, autour d’un bassin d’eau plate récemment dragué pour retrouver une profondeur suffisante (1,2 m à 1,5 m). Ce nouveau projet nécessite un investissement de 4,25 millions d’euros. Il permettra au club qui a été associé à la réflexion, de poursuivre son développement, de conforter le pôle d’excellence sportive et de jouer pleinement son rôle d’antenne du pôle olympique de Vaires-sur-Marne. Et dans le même temps, ce sont les activités de loisirs sur le site actuel, à proximité du parc de Vaudrifontaine, qui seront encore développées. La date du déménagement n’a pas encore été fixée. Un concours d’architectes est lancé, a précisé Pascal Lachambre.

ACTEURS DU TERRITOIRE
« Vous nous considérés comme des acteurs et des animateurs du territoire, et cela me touche » affirme Olivier Bayle qui voit bien là tout le bénéfice que le club peut tirer de cela. Considéré par beaucoup (à commencer par Frédéric Leturque, maire d’Arras), comme étant le club sportif leader du territoire, l’ASL Saint-Laurent-Blangy – Grand-Arras (c’est son nouveau nom) a donc toutes les chances de continuer à briller au plus haut niveau. De quoi renforcer le propos de Mathias Povse qui voit en l’ASL une fabrique à champions sachant passer du haut niveau à la haute performance. Les membres de l’équipe espoir EDF – ASL savent à quoi s’attendre, à commencer par les plus jeunes : « Les cadets qui sont les seniors de demain ».

CAP VERS TOKYO
Les 30 ans de partenariat entre EDF et l’ASL, fêtés dimanche soir autour d’un gros gâteau d’anniversaire, auront donc été l’occasion d’ouvrir de nouvelles perspectives à l’ASL qui en a profité pour lancer son opération Cap vers Tokyo : la prochaine étape importante pour le club résolument tourné vers l’avenir. Et Bruno Pieckowiak, président du comité départemental olympique et sportif du Pas-de-Calais, qui a l’habitude de citer l’ASL en exemple, d’inviter les athlètes d’aujourd’hui à être les dirigeants bénévoles de demain… Un principe acquis depuis longtemps et faisant de l’ASL cette grande famille chère à Nicolas Desfachelle, le maire de Saint-Laurent-Blangy : « On peut être tous très fiers d’être là ».- Philippe Vincent-Chaissac / Votre Info