Championnats du monde : veillée d’armes pour les six Immercuriens

De gauche à droite : Pierrick Bayle, Flore Caupain, Loïc Léonard, Adrien Bart, Anaïs Cattelet et Thomas Simart. Photo © DR / ASL

Les championnats du monde de canoë-kayak en ligne débutent aujourd’hui mercredi 21 août, à Szeged en Hongrie… Six Immercuriennes et Immercuriens sont de la partie.

Les uns chercheront à monter sur le podium et espèrent décrocher un quota olympique pour le Jeux de Tokyo. Les autres, engagés sur le 500 m, distance non olympique, voudront entrer en finale, éventuellement décrocher une médaille, histoire de montrer aux sélectionneurs qu’ils sont tout à fait capables de s’insérer dans un équipage au cas où il y aurait une défection.
Les compétitions démarrent donc ce mercredi… Tout le monde suivra avec attention les premiers coups de pagaie du Boulonnais Maxime Beaumont, sur la distance du 200 m. Les Immercuriens, eux, ont une journée de répit, avant de se mettre à l’eau, demain jeudi.

ADRIEN BART ET LOÏC LEONARD SUR 1000 M, THOMAS SIMART SUR 500 M
En canoë homme 1000 m, Adrien Bart qui a brillé en coupe du monde espère bien renouveler la performance de Duisbourg où il était monté sur la plus haute marche du podium. Mais il le sait, une course n’est pas l’autre, une coupe du monde n’est pas un championnat du monde, qui plus est l’année où sont distribués les premiers quotas olympiques. Prêt physiquement, disponible mentalement, il peut raisonnablement aller chercher une médaille et donc décrocher ce quota olympique… Il peut aussi espérer faire aussi bien en C2, sur cette même distance du 1000 m, avec son camarade de club Loïc Léonard, avec qui il compose un équipage droite-gauche traditionnel. Ce dernier qui lorgne déjà sur une possible participation aux Jeux de Paris en 2024, en C1 et en C2, entend bien profiter de l’expérience de son ainé (qui a déjà fait les Jeux de Rio) pour aller, lui aussi, chercher la médaille, si possible en or. Ce qui leur permettrait déjà de prendre rang pour l’avenir.
Toujours en canoë, Thomas Simart, finaliste à Rio, doit cette fois se contenter de disputer le C1 500 m. Pas concerné pour l’instant par le quota olympique, il n’a pas spécialement de pression à gérer ce qui pourrait lui être profitable même s’il n’a pas vraiment de repère cette année sur cette distance.

ANAÏS CATTELET ET FLORE CAUPAIN SUR LES DISTANCES OLYMPIQUES
Chez les filles, il faut compter sur Anaïs Cattelet, la dernière des Immercuriennes retenues pour ces championnats du monde, lors d’un dernier test lors du stage terminal à Temple-sur-Lot. Elle s’aligne sur la distance olympique du 200 m et peut donc prétendre à un quota d’autant qu’elle a, semble-t-il, pris confiance en elle… Elle sait pertinemment que ce sera très difficile et qu’il faudra tout donner… au moins pour se faire plaisir et ne pas avoir de regrets.
Canoë encore, avec Flore Caupain qui fait équipe avec Eugénie Dorange (Auxerre) pour disputer le C2 500m. Brillant l’an  dernier, le binôme entend bien tirer profit des récents championnats du monde U23 où les filles ont détecté quelques défauts qu’elles se sont appliquées à corriger. Encore junior, Flore Caupain part sans pression, sûre qu’elle n’a rien à perdre, et se dit qu’elle peut au moins entrer en finale ce qui qualifierait le bateau pour Tokyo. Reste que la compétition sera plus internationale que jamais avec des Chiliennes et des Cubaines au départ, sans parler des Chinoises qui progressent vite et qui inquiètent d’ailleurs Michel Létienne, juge-arbitre de Saint-Laurent qui est lui aussi à Szeged.

PIERRICK BAYLE ENGAGÉ EN K2
Seul kayakiste immercurien engagé, Pierrick Bayle est heureux d’être du voyage après un printemps difficile. Finaliste en coupe du monde (ce qui est une perf) avec le deuxième K4 français, il s’est vu confier la mission de représenter la France avec Aurélien Le Gall, sur la distance du K2 500 m, non olympique. Comme Thomas Simart, il n’a pas à se soucier des quotas et se voit bien en finale. Il s’y attachera tout en supportant le K4 tricolore dans lequel prend place le Boulonnais Maxime Beaumont.
Quels que soient leurs objectifs : la médaille, le quota, la médaille et le quota, tous ces athlètes sont en tout cas « prêts à envoyer ». L’Immercurien Anthony Soyez, leur entraîneur, qui les suit presque tous au pole déconcentré de Saint-Laurent-Blangy, annexe du pole olympique et paralympique de Vaires-sur-Marne, n’a aucun doute là-dessus. En revanche, il les a tous prévenus : à Szeged, l’ambiance est très, très chaude… Chacune et chacun devra s’appliquer à rester centrer sur soi et sur son objectif. Marie Delattre-Demory et Virginie Bayle qui ont fait les Jeux olympiques, diront qu’il faut d’abord vivre le moment présent… Même si, comme le souligne Grégory Demory, vice-président du club chargé du haut niveau, il y a tout intérêt à entrer en finale (souvent synonyme de quota), ne serait-ce que pour avoir le statut de sportif élite.- Philippe VINCENT-CHAISSAC / Votre Info

Les horaires pour le jeudi 22 août
9h00 à 9h21: 4 séries C2 1000 avec Loic Léonard et Adrien Bart
11h35 à 11h50: 4 séries C1 dame 200 avec AnaïsCattelet
11h55 à 12h19: 5 séries C1 500 avec Thomas Simart
12h25 à 12h37: 3 séries K2 500 avec Pierrick Bayle
16h57 à 17h09: 4 séries C2 dame 500 avec Flore Caupain
17h15 à 17h33: 4 séries K4 500 avec le Boulonnais Maxime Beaumont

Suivre les résultats