Adrien Bart : avoir plus qu’un quota

Adrien Bart.- Photo © PVC / Votre Info

Adrien Bart ne veut pas se contenter d’un quota. L’objectif est au-delà. « Nous travaillons [avec Loïc Léonard] pour avoir le meilleur ».

Évidemment, les médailles en coupe du monde à Duisbourg, l’or en C1 et le bronze en C2, ont de quoi le conforter dans ses ambitions. « C’est un bon repère, explique-t-il, dans la mesure où tout le monde était là ». Mais pour lui, pas question de chercher à reproduire cette course. Ce serait une erreur. « Le résultat peut parfaitement être le même et nous sommes preneurs, mais la performance peut être très différente ». Pour lui, à Duisbourg, c’était la 3e course en 3 semaines… « La semaine prochaine, c’est complètement autre chose… C’est un peu la course d’un jour ; l’objectif final. Toute la saison a été construite autour de ça ».

DU BON BOULOT AVEC LOÏC LÉONARD
Adrien Bart veut arriver en Hongrie complètement disponible mentalement ce qui n’était pas trop le cas lors des Jeux européens à Minsk… « J’aurais voulu autre chose », lâche Adrien qui sait avoir été très performant pendant 700 m avant de perdre du terrain et finalement terminer 7e du C1. D’un point de vue résultat, ce n’était quand même pas si mal… Mais pas satisfaisant quant à la manière.
À Szeged, la première épreuve qu’il disputera sera celle du C2 avec Loïc. Une place de finaliste serait sans doute synonyme de quota pour Tokyo, mais il en veut davantage et se montre optimiste après le travail réalisé à Temple-sur-Lot. Il dit avoir fait du bon boulot avec son coéquipier et trouvé pas mal de solutions. En course, « il faudra que nous restions très concentrés, capables d’apporter les bonnes réponses aux problématiques qui se poseront ».
L’accès à la finale doit être la première étape, avant  – il l’espère dans son for intérieur – d’aller chercher un podium.

FAIRE DU JUS APRÈS LA FATIGUE
Si c’était le cas, l’on peut penser qu’il sera davantage libéré pour la suite des événements, le C1 1000 m où il retrouvera les grands du circuit mondial. « C’est possible, dit-il, mais ce n’est pas sûr… Je ne le cherche d’ailleurs pas forcément ». C’est qu’à la sortie du stage de Temple-sur-Lot, il n’est peut-être pas complètement rassuré. En C1, plus qu’en C2, « cela a été un peu plus dur de produire… » Un peu de fatigue compensée par des intentions techniques qui restent fortes. À ce stade de la saison, « on joue avec les niveaux d’énergie ». Après les dernières prises de chrono qui permettent de poser des repères, il s’agit maintenant de « faire du jus ». Des séances courtes d’entrainement alterneront avec les moments de repos, la récupération, les séances de kiné et d’ostéo. L’hydratation et l’alimentation seront aussi très importantes au moment de commencer à se mettre dans la course.

Photo © PVC / Votre Info

ADRIEN BART, 27 ANS
Situation professionnelle :
kinésithérapeute en libéral, actuellement en année sabbatique pour se consacrer au projet olympique.
Lieu d’entraînement : Pôle olympique de Vaires-sur-Marne
Membre de l’équipe olympique Pas-de-Calais – Membre du Team Hauts-de-France – Tokyo 2020 – Membre du Team ASL – Eaux du Grand-Arras.
Issu de l’équipe Espoir EDF – ASL (cadet-junior)
Accompagné par la Ville de Saint-Laurent-Blangy et la Communauté urbaine d’Arras en partenariat avec la Banque populaire du Nord, dans le cadre du soutien à l’excellence sportive.
Son programme : C2 1000 m. Jeudi 22 août, séries à 9h. Vendredi 23, demi-finales à 17h27. Samedi 24, finale A à 12h03 (finale B à 10h35) – C1 1000 m. Vendredi 23, séries à 10h05. Samedi 24, ½ finales à 15h57. Dimanche 25, finale A à 12h12 (finale B 11h02).