Quota olympique et statut élite : tout l’intérêt d’être dans les huit premiers

Photo © PVC / Votre Info

Grégory Demory, vice-président de l’ASL Saint-Laurent-Blangy, chargé du haut niveau, est on ne peut plus clair : « les athlètes sont en marche pour Tokyo ». Une première étape où il s’agit d’aller chercher des quotas que la France redistribuera l’an prochain à ses athlètes. En sachant que celles et ceux qui auront su obtenir un quota à Szeged auront toutes les chances d’aller aux Jeux… Sans que cela soit pour autant une certitude.

L’intérêt d’avoir sélectionné aussi pour Szeged des athlètes qui ne seront pas sur des distances olympiques est là. C’est le cas notamment de Pierrick Bayle (K4) et de Thomas Simart (C1), alignés sur le 500 m et susceptibles de reprendre l’un ou l’autre des quotas attribués.
Avec Adrien Bart (C1 et C2), Loïc Léonard (C2), Anaïs Cattelet (C1) et Flore Caupain (C2) qui eux sont sur les distances olympiques, il y a donc six Immercuriens dans cette équipe de France en partance pour la Hongrie, soit le tiers de l’effectif. Pour Grégory Demory, c’est la preuve de l’intérêt du site déconcentré de Saint-Laurent-Blangy où les athlètes, excepté Adrien Bart, s’entraînent au quotidien sous la houlette d’Anthony Soyez, lui-même de Saint-Laurent-Blangy, dont la mission est de mettre en application les programmes édictés par les entraîneurs nationaux.

METTRE LES ATHLÈTES DANS LES MEILLEURES CONDITIONS
“À Saint-Laurent-Blangy, notre mission est de faire en sorte que les athlètes bénéficient du meilleur environnement possible”, poursuit Grégory Demry… Qu’ils aient des conditions d’entraînement optimales ; qu’ils aient aussi la sérénité professionnelle ou un temps scolaire aménagé pour leur permettre de trouver le meilleur équilibre. C’est quelque fois bon aussi de faire autre chose que du bateau, concède Grégory Demory qui souligne toute l’importance qu’il y a pour chacune et chacun à entrer dans les huit premiers… C’est synonyme de quota… C’est aussi l’assurance d’obtenir le statut d’élite avec tous les avantages qui vont avec, en matière d’actions et de stages. Même si le club de l’ASL fait tout ce qui est en son pouvoir, élite ou pas, pour que toutes et tous soient logés à la même enseigne.

PRONOSTIC DIFFICILE
Reste à savoir ce que vont donner ces championnats du monde où les athlètes que tous pays sont nombreux à pouvoir décrocher un billet pour Tokyo. Et difficile de faire des pronostics au vu des résultats de la saison. Côté français, la coupe du monde de Duisbourg a été d’un cru exceptionnel. Jamais les Bleus n’avaient fait aussi bien. En revanche ils ont beaucoup moins brillé sur les Jeux européens qui n’étaient pas un objectif pour eux alors que dans d’autres pays comme la Biélorussie ou la Hongrie, c’était une priorité. Et Grégory Demory de souligner le cas de l’Allemand Brendel qui a fait une petite saison mais qui revient tout doucement et sera bien présent à Szeged parce que c’est l’objectif de sa saison. C’est aussi l’optique de la France et donc de nos Immercuriens et Immercuriennes. Décrocher le quota olympique partout où il y a bateau engagé serait exceptionnel… Inespéré même. Mais pourquoi pas.- Ph. VINCENT-CHAISSAC / Votre Info