Les championnats d’Europe juniors et U23 débutent demain à Racice

Les 7 Immercuriens sont à pied d’œuvre.- Photo © DR / ASL

Les championnats d’Europe juniors et U23 de canoë-kayak débutent demain à Racice (République tchèque). Au total, ils sont sept du club à prendre part aux compétitions. Tour d’horizon des forces en présence

 Pour Julie Cailleretz, cette saison est particulière car elle relève d’une grosse blessure. Elle n’est pas encore revenue à son meilleur niveau mais globalement, elle se dit satisfaite  de ses résultats. « Je progresse de jour en jour, et j’ai hâte de poursuivre le travail pour les échéances à venir ». Et elle compte bien briller sur ces championnats d’Europe U23, ses derniers : « après je serai trop grande ». Engagée en C2 200 m et C2 500 m avec Eugénie Dorange, elle escompte bien décrocher une médaille d’or. Ce serait une belle récompense pour elle qui, après son opération à l’épaule, a dû prendre son mal en patience avant de revenir à la compétition. Pour cela, il lui faudra aussi gérer le stress et les émotions… L’objet des études qu’elle aimerait entamer en septembre.

Jean Sikora et Maxime Lebon dans le K4
Dans le K4 tricolore l’on retrouvera Jean Sikora et Maxime Lebon qui, en début de saison, avaient pour objectif d’entrer en équipe de France U23. Plutôt réguliers au niveau des tests et des piges, ils sont parvenus à leurs fins. « Le meilleur est à venir » dit Jean Sikora qui s’entraîne à Nancy où il poursuit ses études à l’École des mines. Maxime Lebon qui par ailleurs espère entrer aux sapeurs-pompiers de Paris, est plus précis : « mon objectif est de décrocher une médaille ». 

Romain Alavoine en binôme avec Théo Marécaux
Toujours en kayak, mais en K2, l’on retrouvera Romain Alavoine, engagé sur1000 m avec Théo Marécaux d’Auxerre. Comme Jean Sikora, il s’entraîne à Nancy où il est étudiant à l’UFR Staps (passage en L3). Pour lui, la saison a été assez compliquée avec beaucoup de courses qu’il a eu du mal à gérer au niveau de la fatigue. Vice-champion de France en k1 5000 m U23 et 3e en k4 senior sur 5000m à Temple-sur-Lot, il a pour objectif d’être dans les neuf premiers pour accéder aux mondiaux. « Avec Théo, on a envie de bien faire les choses et de concrétiser le travail fait à l’entraînement ». Ces championnats seront l’occasion de voir ce que cela donne.

Loïc Léonard et Frantz Vasseur pour un C2 100% immercurien
Loïc Léonard et Frantz Vasseur ont des profils différents. Le premier qui connaîtra à Racice son dernier championnat d’Europe U23, est déjà rompu aux joutes internationales avec, entre autres, une médaille de bronze en coupe du monde à Duisbourg, associé à Adrien Bart. Le second honore sa première sélection en équipe de France et débarque sur le circuit international. Les deux garçons se sont entraînés ensemble, à Saint-Laurent-Blangy… « Dans une confrontation saine » dit Loïc Léonard qui a aussi partagé les entraînements de la sélection allemande. Engagés sur le C2 1000 m et le C2 500 m, ils espèrent bien récolter le fruit de leur travail. Pour Frantz Vasseur, être là, « sans bobos », est déjà une grande satisfaction. Après une année 2018 où il a connu la poisse et une fin d’hiver où il a souvent été seul, il a remporté deux médailles aux championnats de France de fond dont une en monoplace U23. Ensuite, il a fait deux beaux Open de France où il a surpris pas mal de personnes et au terme desquels il a décroché sa sélection en équipe de France : « ça fait plaisir et ça redonne un gros coup de boost ». Frantz Vasseur, pour qui « le travail paie toujours », progresse de course en course et aborde ces championnats d’Europe sans pression. À bientôt 22 ans, il veut juste tout donner à l’équipage et aller au bout des courses : « je n’ai rien à perdre, tout à gagner ».
Les deux garçons sont en tout cas bien dans leur tête et avancent aussi professionnellement. Titulaire d’une licence Commercialisation biens et services, Loïc est salarié, assistant Marketing web et communication chez Leroy Seafood France. Frantz Vasseur, lui, vient de terminer un service civique au sein du club où il a pu mettre en application ce qu’il a appris en Staps (licence entraînement sportif). Il espère pouvoir embrayer sur un diplôme universitaire « Préparation mentale et psychologie du sportif » et vient de se lancer dans le coaching sportif privé, à domicile et/ou à distance.

Flore Caupain : un statut à confirmer chez les juniors
Avec les résultats obtenus l’an dernier (championne d’Europe et du monde), Flore Caupain bénéficie d’un régime un peu particulier au niveau de ses études, avec un dédoublement de sa terminale S au lycée Gambetta à Arras. Cela lui permet de passer beaucoup de temps à l’entraînement et d’enchainer les compétitions, juniors et seniors. La dernière en date, les Jeux européens où elle était engagée avec Eugénie Dorange, lui a permis de rentrer avec de bonnes pistes de travail. À Racice, Flore Caupain disputera les championnats d’Europe juniors. Engagée en C1 500 m où elle a maintenant de bonnes sensations après une coupe du monde où elle a appris à se connaître, elle espère entrer dans le top 5 (7e l’an dernier). Mais elle est surtout très attendue en C2 200 m et C2 500 m, distances sur lesquelles elle fait équipe avec Laura Ruiz. Pour cet équipage, il s’agit de confirmer son statut, en remportant une médaille sur les deux distances.

Pour suivre les compétitions