Pierrick Bayle, Flore Caupain, Thomas Simart et Adrien Bart en finale de coupe du monde à Poznan

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’ouverture de la saison internationale de course en ligne se déroulait donc ce week-end sur le lac Malta, à Poznan (Pologne), avec la première manche de la coupe du monde, la seconde ayant lieu le week-end prochain à Duisbourg (Allemagne). Au terme de celle-ci, sera donnée la composition de l’équipe de France qui participera fin août aux championnats du monde à l’occasion desquels seront attribué les premiers quotas olympiques.

Six athlètes du club de Saint-Laurent étaient retenus pour disputer les épreuves de Poznan. Tous ont tiré leur épingle du jeu, sachant que pour les épreuves de coupe du monde chaque pays peut inscrire deux bateaux ce qui veut dire que le plateau est plus dense que pour un championnat du monde ou les Jeux olympiques où seule une embarcation est admise.
À Poznan, le staff de l’équipe de France a fait des essais d’équipages qui pourraient évoluer pour l’échéance allemande. Au vu des résultats de ce week-end passé, des enseignements vont être tirés sachant que le céiste immercurien Loic Léonard rejoint le collectif.

BEAU RETOUR DE PIERRICK BAYLE
À Poznan, Pierrick Bayle a fait un retour remarqué en coupe du monde, en disputant la finale du K2 500 m avec le Breton Aurélien Le Gall. Deuxièmes aux 250 m, ils sont venus « mourir » au pied du podium et ont obtenu une belle 5e place, encourageante pour la suite de la saison. Même constat pour en K4 où le duo complété par Étienne Hubert (Sedan) et Killian Koch (Saint-Grégoire) a manqué l’accès à la finale A pour 20 centièmes de seconde avant de se remobiliser pour la finale B et devancer l’Ukraine, l’Espagne et l’Australie avec un chrono de 1 min 20 s 721 qui leur vaut de prendre la 10e place au classement général. Pierrick Bayle rentre donc de Poznan avec deux places dans le top 10. Beau résultat pour quelqu’un qui n’était pas encore dans le collectif, il y a dix jours.

ADRIEN BART CONFIRME SES PROGRÈS
En canoë, Adrien Bart a réalisé le 5e temps des demi-finales du C1 1000 m dans une course très relevée où il s’est classé 4e. Il a donc dû se contenter de la finale B qu’il a logiquement remportée (10e au général). Il confirme ses progrès qu’il devrait concrétiser à Duisbourg.
En C2, avec Thomas Simart, il voulait trouver des conditions difficiles pour s’évaluer. La demi-finale a été un bel examen de passage. Pagayant tous les deux à droite (la norme en canoë est un pagayeur gaucher et un droitier), ils ont su, dans des conditions de vagues et de vent difficiles, trouver les ressources techniques et physiques pour passer de la 6e place à mi-course à la 3e place qualificative en finale A. En terminant 8e de cette finale et si l’on ne tient compte que d’un bateau par pays, Adrien Bart et Thomas Simart s’installent à la 5e place du classement des nations ce qui témoigne également des progrès réalisés.

THOMAS SIMART et ANAÏS RESTENT À SUIVRE
De son côté Thomas Simart est en passe de « digérer » le passage du 200 m au 1000 m. 7e en finale B (soit la 16e position générale) du C1 1000 m, il a montré avec Adrien Bart de belles dispositions en C2 1000 m.
Engagée en canoë monoplace sur 500 m et 200 m, Anaïs Cattelet a manqué de très peu l’accès à la finale A, devancée simplement sur la ligne par la concurrente moldave. À cette 10e place au général, il faut ajouter la 14e sur le C1 200 (7e en ½ finale).

JULIE CAILLERETZ ET FLORE CAUPAIN TOUJOURS DANS LE COUP
Julie Cailleretz faisait équipe avec l’Auxerroise Eugénie Dorange sur le C2 dame 500 m. Cet équipage , 5e aux mondiaux 2017, manque de peu l’accès à la finale (pour 70 centièmes), et se classe 2e en finale B soit la 11e au général. À suivre lors de la seconde étape en Allemagne.
Flore Caupain associée à la Decizoise Laura Ruiz, avec qui elle est championne du monde juniors en titre, est entrée en finale du C2 200 m où elle a obtenu une très belle 5e place, avant de terminer 5e de la finale B sur 500 m, soit la 14e place au général. Toutes deux seront aussi du déplacement à Duisbourg et pourront de nouveau se frotter au gratin mondial et ainsi préparer la saison junior à venir.