Coupe du monde à Poznan : du positif dont il faut tirer profit

Belle course pour Julie Cailleretz et Eugénie Dorange, aujourd’hui à Poznan. Photo VB / ASL

La dernière journée de la première manche de coupe du monde à Poznan a débuté tambour battant pour les Français, alors que le lac Malta était de nouveau agité par un fort vent.

En finale B du K4 500 m, le quatuor français avec l’Immercurien Pierrick Bayle associé à Étienne Hubert, Aurélien Le Gall et Killian Koch avait à cœur de faire mieux que sa 4e place de la veille, en demi-finale, terminant à 20 centièmes de seconde de la Lituanie. Mais les tricolores avaient de sérieux concurrents avec l’Ukraine, 4e dans l’autre demi-finale et éliminée par le Japon pour 40 centièmes de seconde ; l’Australie et l’Espagne.
Transcendé par l’envie de bien faire et de terminer cette 1re manche de coupe du monde sur une bonne note avant d’aller à Duisbourg, l’équipage français a pris un départ “canon”, passant à mi-course au coude à coude avec l’Ukraine. Il a alors su donner ce coup de booster qui avait manqué en K2 500 (Aurélien et Pierrick) et en demi-finale du K4. L’énergie d’Aurélien, l’expérience d’Etienne, la fougue de Killian et la puissance de Pierrick ont permis de l’emporter en 1 min 20 s 721 avant d’assister à la finale A du K4 et donner rendez-vous à leurs supporters à Duisbourg.

Les filles au rendez-vous
Les filles en C2 ont répondu aux attentes en finale B  du C2 500 m avec une 2e place pour Eugénie Dorange et Julie Cailleretz et une 6e place pour Laura Ruiz et Flore Caupain qui sont toujours restées à la bagarre. Par ailleurs, sur le 200 m, Laura Ruiz et Flore Caupain ont pris la 5e place en finale A. On retrouvera aussi les filles en Allemagne dès vendredi prochain.
La dernière course du jour pour les Immercuriens était la finale A du C2 1000 m avec Thomas Simart et Adrien Bart. Situés au couloir 9 avec à leur gauche l’équipage chinois, les Français ont fait l‘effort de rester au contact du groupe de tête. Isolés à droite de la course, ils ont ensuite pu passer un cap malgré des conditions de vent difficiles pour eux, et un bel « enlevage » leur a permis de finir à une 8e place pleine d’enseignements à cette période de la saison .
Voilà donc une première étape franchie avec bien des enseignements à tirer pour le staff français avant d’aller à Duisbourg où le groupe sera rejoint par Loïc Léonard.