La règle du jeu pour aller à Tokyo

Présents à Rio, 6e des derniers championnats du monde, Thomas Simart et Adrien Bart espèrent bien être à Tokyo aussi. Mais pour eux, comme tous les autres, la première étape est l’Open de France. Photo © ASL

Comment faire pour aller aux Jeux olympiques de Tokyo en 2020 ? Pour commencer, en 2019, il faut décrocher une sélection en équipe de France au terme des épreuves de l’Open de France  à Vaires-sur-Marne disputés en octobre 2018, mars et avril.

Cette équipe de France disputera les deux manches de coupe du monde à Poznan (fin mai)  et Duisbourg (début juin). Au terme de celles-ci, les sélectionneurs confirmeront (ou pas) les sélections sur le plan individuel et composeront les équipages, en tenant compte éventuellement des résultats obtenus lors de la finale de l’Open de France (mi-mai).
Les athlètes retenus à l’issue des Coupe du monde disputeront les Jeux européens organisés à Minsk en juin et les championnats du monde à Szeged, en août.
Szeged, la “Mecque” du canoë-kayak mondial, sera l’étape à ne pas manquer car les premiers quotas seront distribués à cette occasion. Quotas qui, rappelons le, qualifient les bateaux mais pas les athlètes.
Pour ce qui concerne les Immercurien(ne)s, il faudra que les bateaux français terminent :
– dans les 5 premiers en C1 dame 200 m et C1 homme 1000 m, le 6epouvant aussi être qualifié si le bateau japonais est dans les 5 premiers ;
– dans les 8 premiers en C2 dame 500 m et C2 homme 1000 m ;
– dans les 10 premiers (les 9 de la finale A et le vainqueur de la finale B) si quatre continents sont représentés, en K4 homme 500 m.

RATTRAPAGES À DUISBOURG EN 2020
À l’issue des Mondiaux 2019, un point sera fait concernant les athlètes qui auront obtenu un quota-bateau  en vue des J.O. de  Tokyo. Ils devront disputer les épreuves de l’Open de France et “performer” lors des manches de coupe du monde de 2020 où des performances seront attendues.
À noter qu’il y aura un repêchage européen à Duisbourg en mai 2020 pour les bateaux et athlètes qui n’auraient pas obtenu de quota à Szeged. Ce repêchage qualifiera :
– les premiers bateaux des C1 dame 200 m et C1 homme 1000 m ;
– les deux premiers bateaux des C2 dame 200 m et C2 hommes 1000 m.

TREIZE IMMERCURIENS CONCERNÉS
Les résultats des échéances internationales 2017 et 2018 justifient l’objectif évoqué par le président Bayle : “au moins trois Immercuriens(nes) aux J.O. de Tokyo, véritable tremplin pour Paris 2024 ».
Elles et ils seront 13 Immercuriens (en canoë homme et dame, en kayak homme) à tenter l’aventure de cette quête du sésame olympique. Les prochaines semaines vont être très orientées vers la quête de cette performance avec de nombreux stages en Floride, au Portugal et en Italie.

Voici la liste des treize seniors immercuriens en lice aux Open de France de mars :
– Canoë homme, Adrien Bart, Thomas Simart, Romain Beugnet, Loïc Léonard, Frantz Vasseur ;
– Canoë dame, Anaïs Cattelet, Julie Cailleretz, Flore Caupain ;
– Kayak homme, Pierrick Bayle, Jean Sikora, Romain Alavoine, Maxime Lebon, Lancelot Tostain.