Régate internationale du Pas-de-Calais : émulation festive

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La 20e Régate internationale du Pas-de-Calais, challenge des Hauts-de-France, qui a eu lieu ces samedi 17 et dimanche 18 novembre 2018 à Arras, a tenu toutes ses promesses, sur le plan festif et promotionnel. Belle satisfaction pour l’ASL Saint-Laurent-Blangy, le club organisateur.

Avec la participation de quelques clubs étrangers (italien, biélorusse, allemand), d’individualités pour représenter le Maroc et le Sénégal, la présence de clubs français parmi les plus réputés comme Besançon ou Nevers et celle des régionaux (Avion, Lille, Valenciennes, Le Quesnoy), il y avait de quoi constituer un beau plateau et assurer le spectacle durant les deux jours qu’ont duré les compétitions. Et cela sous le soleil, au contraire de l’an dernier où il avait beaucoup plu.

Des courses très disputées
Sans enjeu sur le plan purement sportif, les courses ont néanmoins été très disputées, tant chez les jeunes (U14, U18) que chez les seniors qui ont tous mis un point d’honneur à donner le meilleur d’eux-mêmes. Les ténors ont joué le jeu, à fond, soucieux de faire respecter la hiérarchie, alors même que la distance proposée (150 m) n’est pas dans leurs habitudes.
L’on ne sera pas étonné de retrouver l’Immercurien Adrien Bart sur la plus haute marche du podium des seniors hommes, en canoë, avec comme dauphin son camarade de club Loïc Léonard… Alors que chez les filles, Saint-Laurent-Blangy prenait aussi les deux premières places avec Anaïs Cattelet qui devançait sa cadette Flore Caupain, championne du monde junior en C2. L’émulation au sein du club est bien une réalité et on l’a bien vue aussi en kayak où Maxime Lebon devance Pierrick Bayle. Toutefois, l’ASL n’a pas réalisé le grand chelem puisque la kayakiste Quesnoysienne Manon Pétrins s’imposait chez les filles devant la Biélorusse Katsiaryna Kachan et Tiphaine Potez, de Saint-Laurent-Blangy, qui a su tirer son épingle du jeu.
Chez les jeunes U18, les favoris qui sont bien souvent internationaux, ont également répondu présent… Pour preuve, en canoë, Lazslo Casseron, le Bisontin, qui s’impose devant Benjamin Courbet, l’Immercurien. Côté kayak, l’on retiendra que la finale à quatre a été la plus internationale du week-end avec une victoire de l’Italien Giovanni Penato devant l’Immercurien Lancelot Tostain alors que sur la 3e marche du podium montait un Marocain, Oussama Boussera, finaliste B des derniers championnats du monde en K2, qui s’entraîne à Lille et dont on dit qu’il pourrait rejoindre prochainement l’ASL. D’évidence, il avait à cœur de montrer ce dont il est capable et c’est plutôt réussi en devançant le Biélorusse Zakhar Dzesiukevich.

La mixité comme priorité
Comme l’an dernier, les finales se sont courues, en nocturne, sous le halo des projecteurs, donnant encore un peu plus de piment à cette régate qui se poursuivait donc dimanche avec le Trophée des nations. Sur l’eau, la compétition a été réelle mais c’est avant tout la convivialité et les échanges qui étaient privilégiés. Tous les concurrents étaient en effet invités à se mélanger, à se mixer, pour constituer de nouveaux équipages et disputer les épreuves de C4 et K4, masculines, féminines et mixtes… Pour l’anecdote l’on retiendra qu’un bateau bisontin a devancé un bateau immercurien en canoë hommes et que chez les filles, les Biélorusses se sont imposées devant les Immercuriennes. Enfin pour illustrer l’état d’esprit de cette seconde journée, l’on mentionnera les deux médailles d’or remportées en kayak par la Biélorusse K. Kachan, médaillée d’argent la veille en mono, qui avait embarqué dans des bateaux… immercuriens.

La suite à donner
Reste aujourd’hui à faire le bilan de cette 20e Régate organisée pour la deuxième fois sur la bassin Méaulens à Arras. Le président du club, Olivier Bayle, regrettera l’absence de public. Les gilets jaunes et le froid y sont sans doute pour beaucoup. Mais pour le reste tout est positif. C’est une belle façon d’entretenir les relations avec les partenaires et les clubs, français et étrangers, qui demandent déjà à connaître la date de la prochaine édition. Celle-ci n’est pas encore arrêtée, sans doute fin octobre – début novembre… en 2019 et sur ce même site de Méaulens. “La question se posait de savoir si nous sautions une année” poursuit le président de l’ASL, pour se retrouver en 2020 sur le site de Saint-Laurent-Blangy où des travaux, de dragage notamment, vont être entrepris. La réponse est donc donnée. “Dans la mesure où nous ne tombons pas dans le gigantisme, où nous avons encore le soutien de la ville d’Arras, du Département et de la Région, cela reste gérable et c’est relativement simple à organiser”, conclut-il. Il faut dire aussi que tous les membres et les bénévoles du club sont sur le pont à cette occasion. Dimanche, à 18h30, tout était quasiment démonté.

Retrouvez toutes les photos de la régate 2018 sur la page facebook du club.
Au programme de ces deux journées figuraient aussi des courses de paracanoë. Lire ci-dessous.