Tous les articles par Philippe

Duel immercuro-allemand sur la Women Cup

Julie Cailleretz et Anaïs Cattelet sur le bassin de la Liane .- Photo © PVC / Votre Info

La Canoë Women Cup, compétition de canoë féminin, organisée par le Boulogne Canoë Kayak se court depuis 2011. Première compétition de course en ligne 100 % féminine, elle a été étape de la Coupe du Monde et a contribué fortement à inscrire le canoë féminin au programme des Jeux olympiques. Malheureusement la 6e édition qui s’est tenue ce samedi 13 mai (initialement elle devait se disputer sur deux jours) n’a pas bénéficié du soutien de la Fédération internationale.
Onze céistes étrangères représentant 4 nations (Allemagne, Russie, Danemark, Australie) ont néanmoins participé au stage qui a précédé la compétition durant laquelle l’accent a été mis sur l’échange et la convivialité. Hier l’on retrouvait donc ces céistes sur le bassin de la Liane rejointes par les représentantes des clubs de Coudekerque, Lille et Saint-Laurent-Blangy qui alignait Flore Caupain , Élise Lancial, Clémence Leblanc, Anaïs Cattelet et Julie Cailleretz. Les séries ont eu lieu le matin et les finales de l’après-midi ont tourné à un duel franco-allemand ou plutôt immercuro-allemand.
En C4 les Allemandes devancent les Immercuriennes d’ une pointe. En C2 Julie Cailleretz et Anais Cattelet l’ emportent devant les allemandes. En C1 500 Julie Cailleretz fait 3e, Élise Lancial et Anaïs Cattelet terminant respectivement 6e et 7e. Sur l’ Australienne (course sur 100 m) Anais Cattelet l’ emporte devant 2 Allemandes.

Thomas Simart : examens rassurants

Photo © PVC / Votre Info

Blessé à l’épaule lors des championnats de France de fond à Angers, Thomas Simart, finaliste olympique sur 200 m à Rio,  a été opéré et a entamé sa convalescence. Et les derniers examens sont rassurants : « les résultats de l’IRM sont bons, la cicatrisation est en bonne voie ». Thomas a donc attaqué la kiné pour retrouver de l’amplitude. Il prend cela comme un challenge ; il est prêt à en découdre ! Il s’agit maintenant d’entamer la période de soins intensifs au centre de Cap-Breton, spécialisé dans le suivi des sportifs de haut-niveau.